Castes

Seules des généralités sont décrites ici, il existe bien des cas particuliers propres à chaque tradition.

Castes dans la plupart des cultures

Noblesse ecclésiastique

Il s'agit de la noblesse dirigeante. Elle est présente dans toutes les cultures dès la Scission originelle. Elle est sous l'autorité directe des psychopompes. Sont organisation interne varie beaucoup d'une tradition à une autre.

Noblesse d'arme

Il s'agissait de castes de guerriers sous l'autorité directe du champion de la tradition. Elles sont apparues lors des premières croisades, vers le début du IXème siècle, mais disparurent dès la fin de la Guerre Triangulaire. Au cours de cette dernière, afin de les distinguer des levées de moindre status, on appela la noblesse guerrière "croisés". Certaines lignées perdurèrent à travers le Deuxième Âge sous ce nom-là.

Noblesse seigneuriale

Au cours du Troisième Âge et des contraintes qui vinrent avec, certaines lignées non-écclésiatiques se virent confier l'autorité de territoires. Cela créa un nouveau type de noblesse, qui n'est pas directement rattachée au psychopompe. Elle reste néanmoins sous son influence indirecte, et les seigneurs non-religieux restent une minorité.

Bourgeoisie marchande

La plupart des artisans, marchands et autres commerçants qui ont des commerces florissants sont considérés comme bourgeois, et ce qu'ils soient sédentaires ou voyageurs.

Il génèrent la plupart des richesses pécuniaires qu'ils transmettent en large partie la noblesse ecclésiastique sous forme de taxe. Du fait de cette dépendance, ils entretiennent des relations très politisées avec leurs clients.

Les artisans et marchands moins riches et qui ont moins de relations, et qui donc ne contribuent que peu à la vie de leur communauté, son considérés comme des roturiers.

Bourgeoisie collégiale

Il s'agit de toutes les formes de bourgeoisie érudite, qui la plupart du temps est financée par la noblesse ecclésiastique. Penseurs et scientifiques y travaille pour la tradition. Il sont très respectés du peuple mais n'ont pas de statut plus élevé que cela.

À partir du milieu du Deuxième Âge, les artistes ne sont plus considérés comme des artisans mais comme des érudits.

Bourgeoisie bardique

Les bardes sont des artistes le plus souvent itinérants qui proposent des prestations, publiques ou privées, en échange du bon cœur des spectateurs ou d'un prix négocié en avance. Ils servent à colporter les nouvelles internationales, divertir les gens, conter des histoires et apporter des messages. Mais ils sont aussi très souvent employés dans la vie politique et peuvent colporter des rumeurs ou encore espionner des cours. Les bardes ont tous un statut d'immunité diplomatique tant que leur neutralité (apparente, du moins) est conservée.

Ils sont souvent perçus comme des héraut et sont souvent érudit.

Roturiers urbains

Les roturiers urbains, principalement ouvriers et artisans de main d'œuvre, sont considérés comme la force vive du peuple (sentiment qui se renforce à travers les âges).

D'une part, il sont plutôt respectés pour leur travaux et la richesse qu'ils apportent, respect qu'ils partagent la plupart du temps avec les marchands. Les droits et les devoirs semble compris et partagés par les nobles. Ainsi, ils bénéficient de la protection seigneuriale et de droits directement liée à leur statut de citoyen.

D'autre part, ils sont absolument exclus de la vie politique et doivent souvent subir les élections de la noblesses et de la bourgeoisie.

Il y a une règle sociétale tacite que l'on nomme "les deux artisanats" qui consiste à distinguer les artisans bourgeois et les artisans roturiers, qui jouissent ainsi de deux statuts très différents. On considère un artisan comme étant bourgeois uniquement s'il a suivi une formation de maître.

Ce concept très profondément ancré dans la plupart des cultures s'est accentué au cours du Deuxième Âge, de manière similaire au courant qui a changé les artistes de bourgeois marchands à bourgeois collégiaux. Ainsi, les maître artisans sont rares et savants, alors que les artisan roturiers sont courants.

La roturerie et bourgeoisie marchande fonctionne un peu de la même manière, avec ses maître-marchands bourgeois et ses marchands roturiers, mais n'a pas de nom propre.

Roturiers ruraux et paysans

Pis que les roturiers urbain, les roturiers ruraux et les paysans sont encore plus écartés de la vie politique et bénéficie d'autant moins des avantages de la roture urbaine du fait qu'ils sont éloignés des villes.

Les campagnards ont cependant souvent l'avantage d'avoir une couverture sociale inaliénable et, depuis la Grande Guerre et la chute démographique qu'ils ont subit, sont très souvent des fonctionnaires de leur seigneur.

Même si techniquement la bourgeoisie est une classe roturière (dans le sens opposée à la noblesse), on ce sert de ces deux termes distincts pour désigner les citoyen ayant suffisamment de capital pour avoir un poids politique et les autres plébéiens.

Soldats, réservistes et levées

La soldaterie dans sa globalité a connu son âge d'or au cours du Premier Âge. Elle a commencé à se termir durant la Grande Guerre (où la Noblesse d'Arme était symboliquement plus importante) et a presque disparue au début du Deuxième Âge. Les armées ont alors disparu au profit de réserves (civils formés aux armes pour la tradition) de levées (soldaterie utilisée par les seigneurs mineurs pour les conflits intestins) et du service citoyen (obligation civique de servir périodiquement son seigneur, pour des postes de garde ou autres).

Depuis l'apparition des démons, la soldaterie connaît une résurgence limitée, se limitant à la protection urbaine (faisant également de ce fait disparaître le service citoyen). La plupart des force d'opposition aux démon se fait sur le mercenariat et les croisés.

D'un point de vue social, les soldats sont des roturier au même titre que les réservistes et les levées.

Mercenaires et bretteurs

Il existe trois type de guerriers-à-louer. Dans tous les cas ils sont considérés comme des roturiers.

Les mercenaires itinérants sont les moins appréciés de tous, car étrangers partout où ils vont. Ils sont souvent chers et efficaces. Certains les appellent "aventuriers".

Les mercenaires sédentaires sont plus appréciés et sont souvent utilisés comme milice privée ou publique, en appoint de la soldaterie régulière. Bien que ce soit des armes à louer, ils restent en général fidèles à la ville dans laquelle ils sont établis.

Les derniers mercenaires, les bretteurs, sont des guerrier dispendieux mais renommés, souvent employés comme héros, commandants ou gardes du corps. Même si leur renommée les inclut souvent dans le jeu politique, pour le reste ils sont quand même considérés comme des roturiers.

Ordres de croisés

Les ordres de croisés, à partir du Deuxième Âge, ont perdu la notoriété qu'ils avaient en tant que noblesse d'arme. Mais ils ont dû leur survie à leur implication et puissance politique. Ainsi, ceux qui ont réussi à atteindre le Troisième Âge sont des groupes armés influents et qui revendiquent une ligne de conduite propre. Bien que souvent rattaché à une tradition, ils sont souvent indépendant et servent leurs propres intérêts.

Ils sont en général traités par les nobles comme des bourgeois étrangers.

Relations entre les castes

Variant notablement à travers les âges et les cultures, certaines constantes dans les relations entres les castes peuvent être dégagées.

La noblesse est toujours hautaine et use de la religion comme argument d'autorité pour se hisser au-dessus des autres, mais elle est également très consciente de la position des autres castes, se posant ainsi plus comme un parent que comme un tyran.

La bourgeoisie est en constant lutte de pouvoir avec la noblesse, essayant d'acquérir le plus de ce qu'elle pourra avoir. Elle voit la classe roturière comme simple main d'œuvre.

La classe roturière, elle, se tiens très éloignée des enjeux politique. Elle en tire une grandeur et une fierté d'une simplicité pragmatique. Elle est consciente de son importance et de son impuissance.